Journée internationale de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre – Entrepreneur à Succès

Par admin

Entrepreneur à Succès

Pourquoi nous devons éliminer la violence à l'égard des femmes

La violence à l'égard des femmes et des filles est l'une des violations des droits humains les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices qui n'a toujours pas été signalée dans le monde à l'heure actuelle en raison de l'impunité, du silence, de la honte et de la honte.
En général, il se manifeste sous des formes physiques, sexuelles et psychologiques, notamment:

violence entre partenaires intimes (piratage informatique, abus psychologique, viol conjugal, féminicide);
violence et harcèlement sexuels (viol, comportement sexuel forcé, exploitation sexuelle non désirée, abus sexuel sur enfants, mariage forcé, harcèlement, torture, cyberintimidation);
traite des êtres humains (esclavage, exploitation sexuelle);
blessure génitale féminine; et
mariage d'enfant.

Afin de mieux expliquer, Dans la Déclaration de l'Assemblée générale des Nations Unies sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes, la violence à l'égard des femmes est définie comme "tout acte de violence sexiste qui occasionne un préjudice physique, sexuel ou psychologique à une femme, y compris des menaces, de la contrainte ou une privation arbitraire de liberté, qu'elle soit subie ou non. dans la vie publique ou privée. "

Les effets psychologiques, sexuels et reproductifs néfastes du VAWG sur les femmes se situent à toutes les étapes de leur vie. Par exemple, les inconvénients de l’éducation préscolaire constituent non seulement un obstacle majeur à l’éducation universelle, mais également le droit des filles à l’éducation; En outre, elles sont accusées de restreindre l'accès à l'enseignement supérieur et même de limiter l'accès des femmes au marché du travail.

Bien que la violence sexiste puisse se produire n'importe où et n'importe où, certaines femmes et filles sont particulièrement vulnérables, telles que les jeunes filles et les femmes âgées, les femmes lesbiennes, bisexuelles, transgenres ou intersexuées, les migrantes et les réfugiées, les femmes locales et les minorités ethniques. ou les femmes et les filles vivant avec le VIH et les personnes handicapées, et celles qui traversent des crises humanitaires.

La violence à l'égard des femmes continue de nuire à l'égalité, au développement, à la paix et aux droits fondamentaux des femmes et des filles. En général, la promesse d'objectifs de développement durable - ne laisser personne - ne peut être remplie sans mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles.