Formation Dropshipping Marketplace, Dropshipping Tva – SEO Black Hat

Devenir Entrepreneur à Succès

Table of Contents

12 juin Vous êtes responsable de la cérémonie des décideurs Auvergne Rhône-Alpes 30, qui envisage à la fois la société et l'avenir de la civilisation. Créateurs, dirigeants ou chefs d'entreprise, scientifiques ou universitaires, décident de penser, de créer et de réorganiser l'avenir, pas seulement pour le commerçant, le but à court terme et l'égoïste. Qu'attendez-vous d'une "communauté universitaire" à une époque où la société et la civilisation sont concernées?

Bien sûr, il est très important que les individus s’engagent, s’engagent à créer de toutes pièces ou à restaurer, revitaliser et développer l’actuel. Un entrepreneur ose audacieusement - motivé - et se tourne vers l'avenir. Si nous ne croyons pas en l'avenir, si nous n'aimons pas l'avenir, il est illusoire de vouloir prendre. L'optimisme et l'esprit d'entreprise sont indissociables. Mais y a-t-il une "communauté d'affaires"? Est-il facile de collaborer, de collaborer avec des hommes d’affaires qui, de par leur nature, tiennent leurs aventures au singulier? Ce n'est pas facile Cependant, les exemples témoignent de la capacité nécessaire pour diffuser le "commerce" dans l'esprit des gens et, dans la mesure du possible, pour cibler des territoires. La Vendée est un bon exemple. Appartenant au "pays", la conviction que beaucoup sont plus forts, des initiatives structurelles qui promeuvent la coopération et la solidarité, etc.: les entrepreneurs locaux "font la communauté", attirent d'autres entrepreneurs et développent un territoire social et économique.

Demain c'est le 12 juin, c'est 2020, c'est 2050 Nos relations avec le temps sont conditionnées par des transformations technologiques de plus en plus pertinentes, mais également par de multiples obligations - financières, de gestion et de consommation - qui l’endommagent. L’industriel et le patron vous avez quarante ans constatent cet inévitable affaiblissement du temps pour penser, décider, créer, innover, concevoir. Est-ce inévitable?

Cette exigence de temps, il doit être contrôlé quand il a des vertus ... et se battre quand il est aveugle. Vous devez vous donner du temps, vous devez vous donner les outils et la discipline pour vous donner du temps. C'est très important. Et vous devez "gagner du temps". Est-ce facile? Non, bien sûr. Les interdictions financières et médiatiques sont en effet très fortes. Ce type de pression se propage et influence les dirigeants politiques, les dirigeants de grands groupes, dont les activités sont analysées par les marchés et la presse spécialisée. Néanmoins, il est possible de résister à ce temps direct. Si vous êtes psychologiquement et "tenez".

Il a été démontré qu'il n'est pas possible d'introduire une gouvernance internationale pouvant être considérée comme une "cause" d'un modèle "double capitaliste" et "libéral". Comparé à la suppression accélérée des pouvoirs étatiques, il faut admettre que le modèle économique dominant est sans aucun doute corrigible.

GAFAM serait un exemple impressionnant: les États auraient perdu la main et seraient soulagés de leur capacité à agir par rapport à la toute-puissance économique et financière de ces sociétés tentaculaires. C'est l'analyse dominante. À mes yeux, ce n'est que partiellement vrai. Je suis connecté à l'état; J'ai servi cet État à la fois au Trésor et dans d'autres ministères (recherche et technologie, industrie ou défense). J'étais responsable d'entreprises publiques ou d'entreprises publiques (Snecma, Aerospatiale, SNCF, EADS). L'Etat a toujours une action. mais cela doit être exprimé. Je ne suis pas en faveur de postuler que "l'Etat ne peut plus rien faire". Cette position défaitiste et démissionnaire ne correspond pas à la réalité ou à la taille du stock. Réglementer le capitalisme est une question importante. Ceci est compromis au niveau international, notamment en agissant sur les pays les plus puissants dirigés par les États-Unis, qui entravent ou affaiblissent des institutions aussi importantes que l'OMC, le FMI ou les organisations des Nations Unies. Nous devons mener la bataille des réglementations et cette bataille doit se dérouler simultanément aux niveaux national, européen et mondial. L'avenir du système capitaliste lui-même se pose car, s'il montre qu'il est motivé par la malhonnêteté ou l'unique force de la force, il devra faire face au soulèvement des nations. La mondialisation, dont la réalisation moderne est en grande partie non réglementée, affaiblit et divise toutes les sociétés; ils se rebellent. Ne voyons-nous pas la croissance du "populisme" dans les pays européens, pas en Europe, au Brésil? Veillez toutefois à ce que ce "populisme" ne soit pas stigmatisé; il se manifeste dans la réaction des nations. Les gens existent! Si les techniques de discours politique qui soutiennent la vague populiste sont souvent sans fondement, elles constituent une réponse à un système lui-même injustifié et générant une grande inégalité. Si nous voulons prévenir le mal, sa racine est qu'il doit être attaqué et donc réglementé.

Demain, il faut aussi comprendre le travail différemment, sinon organiser les organisations de travail, collaborer différemment. En bref, il ouvre l’ouvrage au "sens", à l’exception de celui qui apparaît progressivement divisé par le joug, précisément à cause de cette mondialisation non régulée ...

Existe-t-il un lien entre cette entreprise et le monde globalisé? Je ne peux pas dire, mais ... laissez-moi retenir l'hypothèse! Il est clair que les travailleurs expriment maintenant des exigences qui vont au-delà du stade traditionnel d’organisation des salaires ou du travail; aspiration, la demande augmente, en particulier chez les jeunes: quel est le sens de mon travail, le sens de mon travail, le sens de mon travail? Et même que veut mon entreprise? Au cours d’EADS, nous avons mené une enquête interne sur la motivation des employés. Les résultats étaient explosifs! Une entreprise très utile - qu’il s’agisse du prestige du produit, de bonnes conditions de travail, d’un bon salaire, de perspectives de développement favorables du marché - les employés nous ont dit: "vous n’avez pas de sens pour notre travail". Nous avons beaucoup travaillé. Un autre exemple: les banques alimentaires auxquelles j'ai assisté dans le cadre de mes activités associatives ont réuni le PDG de Pomona, un important fournisseur de produits frais pour les grands détaillants. Je lui ai demandé les raisons de sa présence. Sa réponse? «Mes jeunes managers me demandent constamment:« Qu'est-ce que nous faisons dans l'entreprise? «C’est pourquoi j’ai le devoir de leur fournir une réponse raisonnable et raisonnée. Nous, tout comme nous, devons mettre fin au gaspillage alimentaire et combattre les plus démunis dans la quête de ce sens. L’argent continue - et il est commun - d’être une partie importante des revendications des employés. Cependant, cette composante n'est plus la seule et la demande pour ce "sentiment de travail" devient de plus en plus importante, ce qui représente un nouveau défi pour les entreprises et nous ne pouvons que l'apprécier.

Est-ce suffisant pour inviter ou contraindre les entreprises à assumer des responsabilités sans précédent, en particulier eu égard au spectre environnemental et climatique qui ne peut plus être évité? S'agit-il d'un "second état d'esprit, d'un nouvel ADN", d'une manière responsable et intelligente de penser, de comprendre, de produire, de consommer, comme l'a résumé Nicolas Hulot?

Le drame constant des problèmes environnementaux me dérange. Je ne nie pas la réalité et ne contredit pas les recherches qui mettent en lumière ces problèmes et la nécessité de les résoudre avec détermination. Bien entendu, les entreprises doivent prendre leur part entière et leurs employés le demandent. D'autre part, le fait que ce dramatisme cherche à "blâmer" chacun d'eux et soit considéré comme un traître est un réel problème pour moi, l'auteur de tout orateur incompatible ou même nuancé. Cette manucure, cet autoritarisme me rappelle les années 70; A cette époque, le marxisme régnait en maître. À gauche, tous égaux devant la pensée du Maître étaient assimilés à une trahison! Qu'est-ce que Raymond Aron a dit! Après un demi-siècle, la situation est similaire. Pour émettre des doutes quant à d'autres solutions possibles, vous devez immédiatement supprimer le lobbying au profit des entreprises planétaires! Et cette focalisation quasi exclusive sur la question environnementale a un impact supplémentaire sérieux: la situation sociale est deuxième. Pour certains pays, la question «sociale» se limite maintenant à la question de l'écologie ou du «sous-produit».

Tu ne crois pas ça? Cependant, Laurent Berger, secrétaire général de Nicolas Hulot et de la CFDT, sait bien relier ces deux questions à de nombreux égards, qui ne sont guère contradictoires ni même contradictoires, selon que le public peut ou non diriger. ..

Oui, et je soutiens l'objectif consistant à associer protection de l'environnement et promotion des problèmes sociaux. À cet égard, l’initiative de Laurent Berger et de Nicolas Hulot présente un avantage considérable dans l’examen de cette question. Maintenant, nous devons dire comment nous faisons pour expliquer clairement comment y parvenir! Bien entendu, la plupart des initiatives consensuelles contribuent à atteindre cet objectif. C'est le cas, par exemple, dans la lutte contre la précarité énergétique. De plus, il n’ya pas de lutte spontanée contre plusieurs problèmes environnementaux et le progrès social. Je m'inquiète de plus en plus des vertus des "nouveaux modèles de croissance" qui sont en train de diminuer. Comment la politique sociale sera-t-elle financée? Est-il en baisse, la France imagine-t-elle qu'elle le mettra en œuvre séparément, séparément de l'Europe et du monde, avec la plus grande concurrence et l'accélération du progrès technique pour obtenir une croissance? Exemple: la France produit 0,6%. Émissions de CO2 dans le monde et sa volonté de la réduire à 0,4%. Cependant, ces 30% La réduction doit être mise en œuvre à la lumière de l'ampleur de la réalité, de ce qui a été réalisé ailleurs et des contradictions auxquelles nous devons faire face. En fait, en Allemagne, d'ici 2038, le Vous n'avez pas signalé l'utilisation de vos centrales au charbon? Et comment entendons-nous atteindre cette réduction de la production de CO2 si nous ne comptons pas sur nos actifs nucléaires? Comprend l’ensemble de la région et les mers environnantes, les éoliennes et les capteurs solaires? La lutte contre les perturbations climatiques et environnementales doit être menée sans idéologie ni fantaisie, sans clarté ni cohérence. Je ne veux pas vivre en France malthusienne.

Peut-être que la réponse réside dans les innovations. N’est-il pas temps de donner à l’innovation - scientifique, technologique, sociale, managériale - un objectif et un sens qui, en regardant le philosophe des sciences, Etienne Klein, Progress peut récupérer son capital?

Sans innovations technologiques majeures, nous serons sans aucun doute confrontés à des problèmes environnementaux. Mais qu'est-ce que l'innovation? La quête d'un homme du millénaire pour faire mieux et en créer un nouveau. Je note toutefois que le contexte dans lequel ce prisme écologique contribue, et qui renforce le principe de précaution, peut contribuer à la peur du progrès, voire à la motivation du rejet du progrès. Maintenant, qu'est-ce qu'un homme va révéler s'il refuse de faire des progrès "audacieux"? Il suffit de demander sa vocation finale. Il y a un risque dans chaque innovation. Mais n'est-ce pas risqué de participer à l'existence? Le risque devrait être mesuré sur la base la plus faible possible, mais pas complètement éliminé en raison de la douleur paralysante.

Politiques, religieuses, sociales, économiques, démographiques et donc climatiques: la crise mondiale est judicieuse. Comment faire de cette crise magma un fruit fructueux, fondateur d'un nouvel espoir de civilisation? L'innovation fait-elle partie de la solution?

Je ne sais pas si l'innovation peut résoudre les crises de notre temps, mais peut aider; Par ailleurs, j’affirme qu’il est essentiel pour l’humanité de promouvoir de toutes les manières les femmes et les hommes afin de trouver de nouvelles voies et de rester fidèle à l’idée de progrès. Bien entendu, tout mouvement nuit à son environnement. Il doit être mesuré et résolu où ils sont; mais arrêter le mouvement serait catastrophique. C'est pourquoi j'insiste sur la grande inquiétude qui me cause cette tendance fondamentale à décourager ou même, dans certains cas, à interdire la recherche et l'innovation.

La raison d'être, étudiée par Jean-Dominique Sénard et Nicole Notat dans leur rapport présenté à Emmanuel Macron en 2018 Au printemps, la question doit être remise en question afin de contribuer à cette "cristallisation de la crise"?

L'initiative est intéressante. J'ai identifié ce besoin de nécessité plus tôt pour déterminer quels sont les avantages pour l'entreprise. Carlos Tavares a également déclaré qu'il était déterminé à participer à PSA sur cette voie. Mais après la chose la plus difficile et la plus importante est: de promouvoir cette raison, de satisfaire à l’obligation chaque jour, de montrer son effet de sorte qu’elle ne soit pas réduite à un opportunisme marketing, aux vitrines. Les questions, les suspicions, les espoirs et les exigences du sujet ressemblent à l'émergence d'une décennie de RSE (responsabilité sociale et environnementale); ce qui pouvait être assimilé à un simple effet de manche a progressivement gagné du terrain auprès d'une opinion publique en bonne santé, des employés, des consommateurs et des investisseurs. Et très bientôt, des indicateurs factuels et des instructions juridiques dans le domaine de la communication garantissent que l’étalonnage est stimulant et convaincant. Par exemple, en termes d'égalité de genre, quelle entreprise peut aujourd'hui se permettre de ne pas atteindre une réelle égalité? Cette opération "raison d’être" devrait être similaire. Ça vaut le coup.

Les élections européennes ont montré une base populiste, nationaliste, eurosceptique, souveraine, protectionniste et xénophobe. Virus intelligent qui, des États-Unis à la Russie, de l'Inde au Brésil, contamine en dehors de l'Europe et concerne spécifiquement la vie professionnelle. On regrette souvent que les dirigeants de ces derniers ne soient pas suffisamment impliqués dans le débat public. Dans ce cas, si la question d'un tel vote ne s'appelle pas leurs convictions, leurs votes? L'engagement des citoyens et des responsables publics ne serait acceptable que s'il était sûr et courageux?

Les chefs d'entreprise ont peu à dire dans le débat public. Ils doivent être certains de leur légitimité, pas toujours. En un sens, ils font parler leur entreprise. Je ne m'exprime moi-même sur cette question que par mes responsabilités «non liées à l'entreprise», notamment les associations. J'ajoute que la voix des dirigeants d'entreprise est entendue et que, de ce fait, l'opinion publique a souffert de la déception et de la déception des grandes entreprises, ce qui est un problème sérieux que nous devons contester. Trop souvent - discussions sur la voiture électrique, le diesel, la pollution, la mobilité que nous connaissons bien avec PSA, des dirigeants d'entreprises réputés sont soupçonnés d'être indirects et de faire pression avant même de s'exprimer!

Vous êtes le président de la Fédération de solidarité, un groupe de 870 associations et structures luttant contre l'exclusion. Le président de l'Institut anonyme, Alain Mérieux, vient de lancer Opportunities Business, un mouvement économique qui vise à contribuer à la crise des sans-abri. Ces deux types d’engagement incluent-ils ce qui devrait être une "responsabilité politique" dans une entreprise ou un patron?

Je me félicite de l'initiative d'Alain Mérieux, dont je connais les engagements. À mon avis, je pense qu'il est intéressant de voir la réalité de "notre pays", c'est-à-dire les hommes, la société et le monde, à travers un prisme différent. J'ai l'occasion de jeter un coup d'oeil sur le regard de la grande entreprise (PSA), de l'industrie et de l'industrie, de l'industrie, de l'industrie. la solidarité, qui rassemble des dizaines de milliers de travailleurs et de bénévoles travaillant dans les secteurs les plus précaires (chômeurs de longue durée, sans-abri, migrants, etc.). Ce triple prisme facilite ce que je vois; cela provoque parfois des troubles, mais c'est un véritable enrichissement.

... Ces trois biais sont-ils un "noyau commun"?

Non Et je ne le trouve pas. Bien que cette expérience fournit clairement du matériel. Les causes les moins fiables de la principale industrie française, la présidence du groupe automobile mondial comptant plus de 200 000 employés, m'invitent à des commentaires, à des réflexions et à des engagements qui, bien sûr, se nourrissent les uns les autres, mais chacun a sa propre logique.

De nombreux qualificatifs vous suivent comme votre ombre. L'un des plus importants est l'exigence de modélisation et d'éthique. Quelles sources éduquez-vous et protégez-vous contre le poison - narcissisme, mégalomanie, égoïsme, tout pouvoir, invulnérabilité et bien sûr cupidité?

Je pense dans un plan politique en tant que républicain. Je suis un homme de gauche, j'étais membre du parti socialiste. Mais plus encore, je suis un disciple de la République qui demande une République fondée sur la fraternité de la liberté et de l’égalité tryptiques, la diminution de la citoyenneté, l’éducation, la laïcité, la lutte contre les inégalités et la solidarité. Pour ce qui est de l'argent: je veux être libre, alors je ne veux pas dépendre de l'argent, même si j'ai une bonne retraite. De l'argent est nécessaire, mais au-dessus d'un certain niveau, c'est un grabber, un ghetto, l'isole.

Cette exigence républicaine "a amené" la création de l'ENA en 1945 et, après soixante-quatorze ans, semble motiver pour son effondrement si l'on regarde le projet initié par Emmanuel Macron en raison de la nécessité de s'adapter à la réalité élitiste qui semble aujourd'hui disqualifiée. Un ancien élève du promoteur Charles de Gaulle, qui a brisé le mécanisme de reproduction hostile de l'élite, a-t-il signé?

S'agit-il d'une décision du président de la République - auto-promotion (promotion de Léopold Sédar Senghor, 2004), note de l'éditeur? Cela tient en partie au fait que la "crise du jackpot jaune" et le "grand débat" prétendent que nous faisons des promesses. Tout d’abord, pour vraiment décider, vous devez savoir ce que vous proposez comme alternative. La disparition de l'ENA ne sera pas une tragédie pour moi. D'autre part, il est très important que les futurs mécanismes de recrutement de hauts fonctionnaires soient démocratiques et méritocratiques et que les gens choisissent cette voie dans le sens de leur État et de leur service public, plutôt que d'être «secrets» dans telle ou telle entreprise. Et je tiens à insister sur les représentants du double printemps démocratique - la composition sociologique des bancs d'école doit être représentative des Français et des méritocrates - les étudiants ne doivent être recrutés qu'en fonction de leur mérite et de leur engagement à servir l'État. Avant la Seconde Guerre mondiale, ce recrutement reposait sur le choix de cadavres majeurs communs et seuls des "fils" rejoignaient le grand bureau. La création de l'ENA a jeté le doute sur ce système de reproduction injuste. Mais il a chassé la porte, il est revenu par la fenêtre. Les troisième et quatrième voies d’accès ont été conçues pour promouvoir une plus grande ouverture; cela reste insuffisant. Mais est-ce différent de l'Ecole Polytechnique, qui "fait son marché" dans un certain nombre de prestigieuses classes préparatoires parisiennes, avec des enfants de classes sociales supérieures? Voici une des manifestations de ces fractures sociales mais aussi territoriales en France.

Ce compte territorial, la société est à la fois contribuant et victime. Comment peut-il aider à le réduire?

L'exclusion territoriale résulte principalement de la désindustrialisation. Les régions les plus perturbées sont les "industries anciennes": porcelaine de Limoges, textiles des vallées vosgiennes, métallurgie d’Arden, charbon dans le bassin minier, etc. La France est traversée par une énorme diagonale, une fosse au sud-ouest / nord-est, où les habitants vivent dans le cadre de la dynamique nationale. Incapacité de remplacer de nouvelles activités pour ceux qui sont en déclin, 1990 Et 2000 Vraiment réduit la part de l'industrie dans le PIB. Bien sûr, ils ne sont pas seulement industriels, mais industriels. Il est très important de renforcer ou de restaurer l'attractivité du territoire du pays pour l'investissement dans la production, c'est-à-dire la nécessaire réindustrialisation. Il faut envier les entreprises françaises et étrangères - et pour cette raison - investir dans les capacités de production françaises. Et en particulier pour les quinze villes qui ont tendance à investir dans la recherche, l’innovation et les jeunes entreprises. L'attractivité d'une zone doit être considérée "trop" en dehors de ces villes, et l'opportunité est d'autant plus justifiée que le coût du foncier dans ces agglomérations devient trop élevé pour ceux qui souhaitent construire une usine. Oui, nous pouvons parler de la possibilité de créer de nouveaux emplois et de redynamiser les zones qui souffrent actuellement. Toute l’énergie, en particulier celles nées dans des régions où toutes les forces vives se rassemblent autour d’un projet commun.

Vous avez promu des entreprises publiques et privées, vous avez également été commissaire mixte à l'investissement. Vous êtes donc bien préparé pour commenter le sujet principal de l'intervention de l'État. Deux ans après son entrée en fonction, les politiques des chefs d’État et de gouvernement, c’est-à-dire tant que ses actions, ses méthodes, semblent aller plutôt bien ou mal?

Deux ans, c'est trop court pour être raisonnablement évalué. Les indicateurs sont tellement différents ... Jetez un coup d'œil aux investissements industriels: 2018 C'était médiocre, mais devrait connaître l'importante reprise en 2019. Depuis le lancement d'Emmanuel Macron, plusieurs mesures ont été adoptées au profit des entreprises. : Réorganisation du CICE, ordonnances Penicaud, réduction de l’impôt sur le revenu, réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle, etc. Pendant ce temps, le président de la République a été attiré par l’utilisation du "t-shirt" lorsqu’il a réuni les dirigeants de grandes entreprises internationales. Un élément important de l'attractivité des entreprises étrangères ou françaises est la compétitivité du territoire français, mais nous revenons également des territoires et soutenons les collectivités locales, les infrastructures, les services publics, l'animation culturelle ... Le dynamisme des territoires et de leurs entités publiques et privées est un élément essentiel de l'attractivité des entreprises. et leurs gestionnaires. Le jeu n'est pas perdu, loin de là; J'observe même qu'il existe des signes significatifs de restructuration industrielle et de dynamique territoriale. Nous devons accélérer maintenant.

Enfin, n’est-ce pas une idée chimérique de poursuivre une politique de progrès économique et de progrès en matière de politique sociale?

Au contraire, sans croissance économique, il ne peut y avoir de politique de progrès social, de politique de solidarité à long terme. Nous devons lutter contre les inégalités et les redistribuer en principe; Mais sans croissance dynamique, nous ne pouvons pas limiter l’impact sur ceux qui «fabriquent» - on sait qu’ils trouvent l’impôt sur un bol fiscal - et ne créons pas d’avenir durable pour les plus vulnérables. Disponible. Il est difficile de choisir, car ils doivent être liés aux dépenses publiques et aux impôts. La réduction des dépenses publiques est une partie importante du débat, mais n'oublions pas qu'il existe beaucoup de marge de manœuvre pour améliorer l'efficacité ou générer des coûts inutiles auxquels on ne peut pas s'attendre à trop. Pour économiser beaucoup d’argent, nous devons aborder les politiques clés. Mais qu’il s’agisse de défense et de sécurité, l’éducation, la santé et les profits seront limités, voire nuls, notamment parce que les Français ont raison sur cette politique. Le système social de redistribution, de protection sociale et de retraite en France devrait donc être pris en compte. Le risque social est élevé. Comment le faire? Sans croissance, qui générera de nouveaux revenus et réduira les coûts, en particulier en ce qui concerne le chômage, il sera difficile de trouver des solutions acceptables pour nos citoyens afin de réduire les inégalités. La croissance est nécessaire pour promouvoir les réformes. Le mot sur le fardeau fiscal. Je ne sous-estime pas les risques de ralentissement et de fuite du taux d'imposition des contribuables mobiles. Mais ne serait-il pas utile de vous rappeler que les taxes vous permettent d'enseigner et de soigner gratuitement? Emprunter un réseau routier de haute qualité? Financement d'infrastructures communes? Assurer le plus bas niveau de pauvreté? Etc. La pédagogie dans ce domaine est clairement insuffisante. La justice fiscale, comme la lutte contre la fraude, est une condition essentielle du consentement fiscal. La grande discussion l'a montré. Des progrès restent à faire!

Transformons la France est l'événement principal du 12 juin. Thème de l'événement. Quelle valeur donnez-vous à ce terme? Qu'attendez-vous de cette transformation?

Je voudrais que la France s'accepte. Tout d’abord, cela signifie qu’il s’arrête à la caricature et que les Français redécouvrent le sens du collectif. Le sens de l'action collective et le sens d'un projet commun, un sens de l'intérêt général. Comme le montre l'essayiste Jérôme Fourquet, le risque de diffusion est élevé. L'axe de cette réconciliation et de la vague de construction à laquelle j'aspire est la solidarité. En effet, il existe un pacte de solidarité et d’optimisme. Une société qui se sent solidaire - et en soi - envisage l’avenir avec plus de confiance et de détermination. La France a besoin! Mais il faut aussi rappeler que la France, bien sûr, est en Europe; ça donne de la force, mais ça ne craque pas. D'abord parce qu'il y a un espace démocratique en France; mais aussi parce qu'il a un rôle à jouer dans le "monde". Le «rôle» n’est pas arrogant, mais de telle sorte que sa langue, sa culture, ses innovations, sa recherche, sa science, son enthousiasme et sa vision du monde ne puissent être assimilés. Court ou p. Xi Jinping a une place légitime et continue de parler au monde entier.

Formation Dropshipping Marketplace, Dropshipping Tva – SEO Black Hat
4.9 (98%) 32 votes